Variété de maïs

Essai de réduction de l’empreinte carbone de la culture du maïs grain

Partenaire FEDER  : Florence Binet, ARVALIS
Autres partenaires : CAA, LTZ

Objectif

En tendance, plus une variété de maïs est tardive, plus son rendement sera élevé. En contrepartie, elle aura davantage de besoins en intrants (eau et en azote), mais sera récoltée à un taux d’humidité plus élevé entrainant des frais de séchages plus lourds pour l’agriculteur et plus gourmands en énergies. Le but de ces essais est d’objectiver le compromis entre apport d’intrants/impacts environnementaux et rendement notamment dans un contexte où la ressource en eau risque de devenir limitée.

Choix stratégiques en maïs : quelles pistes pour ajuster l’itinéraire technique et réduire l’empreinte carbone ?

Choix stratégiques en maïs : quelles pistes pour ajuster l’itinéraire technique et réduire l’empreinte carbone

Matériel

Les essais sont menés sur 4 sites : 3 en France en irrigués et non-irrigués et 1 en Allemagne en irrigué.

Lieu

Responsable de l’essai Type de sol Irrigation

Date de semis

Ensisheim (68)

ARVALIS limono-argileux profond irrigation avec rampe 21/04/23
Gerstheim (67) ARVALIS argile limono sableux Non 19/04/23
Wittersheim (67) Chambre d’Agriculture Alsace limon de loess Non

05/05/23

Des variétés à différentes précocités sont testées : variétés très précoces à tardives

Mesures et analyse post-récolte :

  • Nombre de feuilles, dates de floraison, suivi de dessiccation
  • Rendement/qualité
  • Modélisation des bilans : irrigation/fertilisation/séchage
  • Analyse technico-économique

Site de l’essai

Premiers résultats 2023

Entre les variétés très précoces et très tardives les différences suivantes ont été observées en 2023 (attention : ces informations sont à confirmer en pluriannuel) :

  • 10 jours de différence pour la floraison femelle
  • 1 tour d’eau en moins pour les variétés très précoces (simulation réalisée avec l’OAD Irré-LIS)

15 % d’humidité en plus pour les variétés tardives à la même date

Cette première année d’essai, nous a permis d’acquérir des références sur :

  • Le potentiel des variétés selon leurs précocités ;
  • La dynamique d’émission des feuilles selon les précocités variétales ;
  • La tolérance au stress hydrique des variétés.

Il sera important de poursuivre ces comparaisons lors des deux prochaines années.

A l’issue de ces expérimentations, un bilan technique, économique et environnemental sera réalisé (estimation des besoins en azote de chaque série en fonction du potentiel, estimation des besoins en eau, etc.).

En 2024, 3 sites sont suivis : 1 par ARVALIS (situation irriguée dans le Haut Rhin), 1 par la CAA (situation non-irriguée dans le Bas Rhin), 1 par le LTZ (situation irriguée). Le protocole reste pratiquement inchangé.