Lutte biologique contre la chrysomèle du maïs

La chrysomèle du maïs (Diabrotica virgifera virgifera) est un coléoptère et nouveau ravageur qui prolifère depuis les années 2000 dans les plaines d’Europe à forte concentration de maïs (Serbie, Autriche, Italie du nord).  Les larves qui se nourrissent des racines de la plante sont responsables de dégâts de verse et de chute de productivité en cas de forte population.

La surveillance au moyen de pièges à phéromones en Pays de Bade et en Alsace montre une progression assez rapide de l’insecte ces dernières années. La chrysomèle n’est plus classée parmi les organismes de quarantaine impliquant des mesures de lutte obligatoire comme la rotation des cultures. Le contexte de la mise en œuvre de pratiques agroécologiques motive la mise en place de tests de lutte biologique à l’aide de nématodes enthomopathogènes (Heterorhabditis bacteriophora) à appliquer dans le sol, en combinaison avec la rotation.

Plaque engluée avec phéromones – Photo: Arvalis

Partager / Teilen
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin